Survivre au front 1914-1918

Publié le par Christophe Henry

Voici mon dernier livre que je viens de terminer, Survivre au front 1914-1918 : Les poilus entre contrainte et consentement de François Cochet aux éditions 14-18.

 

Description du produit

Présentation de l'éditeur

Pourquoi ont-ils tenu si longtemps dans les tranchées ? Les Français s'interrogent aujourd'hui sur les raisons qui ont fait rester tant d'hommes, aussi longtemps, dans des conditions si difficiles. Il est vrai que la société de la première décennie du XXIe siècle n'est plus la même que celle de 1914. Les valeurs qui la construisaient alors se sont considérablement estompées aujourd'hui. Pour comprendre l'attitude des hommes dans les tranchées, il faut rappeler les traits de la société de l'époque. Les soldats ont-ils été menés à la baguette, contraints d'obéir sous peine d'être immanquablement fusillés par les leurs ? À cette lecture qui relève de la culture pacifiste, s'oppose aujourd'hui une lecture qui affirme que les combattants ont "consenti" à la guerre, tout au long du conflit, par patriotisme essentiellement. Les deux interprétations sont-elles si exclusives que cela l'une de l'autre ? À travers l'exemple des soldats français, certains célèbres, d'autres complètement anonymes, François Cochet montre les complexités du monde du front et des sentiments qui y cohabitent. Il décrypte les éléments de contrainte, mais aussi leur adaptation sur le terrain. Il décrit le consentement et ses essoufflements sur la durée de la guerre.
L'importance des solidarités qui traverse le monde combattant, les nouvelles dimensions de la guerre industrielle constituent autant de moments forts dans les rythmes du front.

Biographie de l'auteur

François Cochet, agrégé, docteur en histoire, est professeur des universités à la faculté des sciences humaines et arts de Metz. Après avoir travaillé sur la ville de Reims durant la Grande Guerre et les prisonniers de guerre, ses recherches portent aujourd'hui sur la culture militaire du XXe siècle.

Du début août 1914 au 11 novembre 1918, l'armée français perd en moyenne 900 tués par jour, cette guerre fut une véritable hécatombe pour la France

Publié dans histoire-et-miniatures

Commenter cet article