Attentat du 20 juillet 1944

Publié le par Christophe Henry

Il y a 62 ans le sort de la Seconde Guerre Mondiale aurait peut être changé, si Hitler avait perdu la vie dans cette attentat

La journée du 20 juillet 1944

Au petit matin le Colonel Claus Graf Schenk von Stauffenberg s'envole en compagnie de son adjudant Oberleutnant Werner von Haeften de Berlin pour le quartier général du Führer "Wolfschanze" à Rastenburg, en Prusse orientale. Haeften emmenait avec lui deux charges d'explosif de type "Plastit W" (l'appellation allemande d'un explosif anglais).

Stauffenberg apprend peu de temps après son arrivée au quartier général du Führer que la réunion pour faire le point avait été avancée d'une demi-heure parce qu'Hitler avait prévu dans l'après-midi une rencontre avec Benito Mussolini.

 

 

Stauffenberg prétendit alors à l'ordonnance d'Hitler qu'il voulait mettre une nouvelle chemise. Puisqu'il a besoin d'aide (il était manchot), il put préparer les charges explosives avec Haeften.

 

Dès que les capsules d'acide sur les charges sont déchirées, il ne reste pas plus de 10 à 15 minutes avant l'explosion. Mais comme von Stauffenberg est dérangé par un sergent qui fait irruption dans la chambre, il met en place qu'un seul kilogramme d'explosif au lieu des deux prévus. C'est alors qu'il commet une faute lourde de conséquence, lui qui n'a que des connaissances rudimentaires en explosif. Au lieu de placer le deuxième paquet sans détonateur dans le sac avec le paquet appelé à exploser, il ne dépose qu'un seul kilogramme dans celui-ci.

L'explosion du paquet aurait bien sûr fait aussi exploser le paquet sans détonateur, ce qui aurait entraîné de manière certaine la mort de toutes les personnes dans la pièce.

Stauffenberg quitta la conférence sous le prétexte d'un coup de téléphone. Peu de temps avant l'explosion, le sac mis est déplacé sous la table, parce qu'il gênait une des personnes présentes.

 

Vers 12 h 42, l'explosion retentit, quatre personnes sont sévèrement blessées et décèdent de leurs blessures peu de temps après à l'hôpital. Mais Hitler n'est que légèrement blessé (il ne souffre que d'éraflures et de contusions). Comme le raconte le futur Général de la Bundeswehr Heusinger , il était en train de rendre compte au Führer de la situation tout au nord de l'Union soviétique ; c'est pourquoi les deux hommes se tenaient loin sur l'immense carte déployée sur une table épaisse lorsque la détonation retentit. C'est la principale raison du peu d'effet de la bombe sur Hitler.

 

Les autres conjurés étaient le général Ludwig Beck, Carl Goerdeler, Alfred Delp, Lieutenant Colonel Robert Bernardis, Carl Szokoll, le comte Hans-Jürgen von Blumenthal, Adam von Trott zu Solz, Gottfried von Bismark, princesse Marie Vassiltchikov. Erwin von Witzleben, Field Marshal Erwin Rommel et Günther von Kluge, était au courant de l'attentat, et furent contraint au suicide

 

 

 

Publié dans histoire-et-miniatures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article